Accouchement : ce qui se passe chez l’enfant

Nous aimerions mettre cet article en avant sur la première page de notre site, ici nous allons décrire le chemin que vient de parcourir votre enfant. Vous comprendrez ainsi ce que vous pouvez faire pour l’aider à sortir.

Nous en étions restés au moment où le col était complètement ouvert, et où la poche des eaux venait de se rompre. Il n’y a donc maintenant plus d’obstacle à ce que l’enfant s’engage dans le vagin et poursuive sa progression en avant. Car au cours de la dilatation, tout en étant à l’intérieur de l’utérus, il est lentement descendu de plus en plus bas sur la route qui traverse le bassin, comme vous pouvez le constater.

Après la dilatation complète, l’utérus marque un petit temps d’arrêt, comme pour se reposer du travail considérable qu’il vient d’accomplir. Puis il se contracte à nouveau. Ses parois se resserrent sur l’enfant et le poussent en avant. Comme plus rien ne l’arrête, l’enfant descend dans le vagin qui fait suite à l’utérus. Sa tête franchit le col, un premier obstacle est passé. Les contractions continuent, de plus en plus fortes. Et c’est là que vous intervenez en obéissant à ce besoin instinctif de pousser que vous ressentirez après la dilatation complète. Or votre poussée, si elle est effectuée correctement (vous verrez plus loin ce qu’il faut faire) aide l’enfant à naître. Voici pourquoi : d’abord vous inspirez à fond, c’est à dire que vous abaissez le diaphragme, muscle qui se trouve entre l’abdomen et le thorax, puis vous contractez les muscles abdominaux. Que se passe t il alors ? L’utérus se trouve comprimé de haut en bas par le diaphragme et d’avant en arrière par les muscles abdominaux. Ces deux mouvements lui permettent d’accentuer sa pression sur l’enfant.

En passant, l’enfant va distendre considérablement les parois de ces deux organes. Heureusement, elles sont très extensibles. Elles sont en outre largement lubrifiées, d’abord par leur propre sécrétion, puis par le mucus et les eaux qui se sont écoulés au cours de la première phase.

 

460e786c75326a31841ca3043bf3e3bf

en-forme-apres-accouchement

Le passage du bassin

Mais au cours de la dernière partie de son voyage qui va bientôt se terminer l’enfant a encore deux opérations à accomplir. Il faut d’abord qu’il sorte du bassin osseux où il est actuellement, c’est à dire qu’il franchisse le détroit inférieur, puis qu’il force la dernière barrière qui le sépare de son but, le bassin mou, c’est à dire le plancher de muscles que nous vous avons décrit.

Rappelez-vous l’exemple de l’olive. Pour cela, tout d’abord il abaisse davantage la tête. Ensuite il l’oriente. Ce qui l’oblige à tourner d’environ 45°, car l’orifice de sortie n’est pas orienté de la même manière que celui d’entrée. Remarquez ce changement de position entre les figues.

 

Le passage des épaules et de la tête de votre enfant 

Maintenant, sa tête fléchie et orientée sort du bassin osseux. A son passage, le coccyx s’écarte pour lui faire le plus de place possible. Le crâne bute sur le périnée, c’est à dire sur une paroi élastique, mais résistante .Ce heurt accentue la flexion de la tête qui est maintenant très fléchie. Avec chaque contraction, elle va revenir cogner contre le périnée pour le distendre et essayer de s’insinuer dans la fente de la vulve pour la forcer à s’ouvrir comme quelqu’un qui veut à tout prix passer sa tête à travers l’ouverture très étroite d’un chandail. A chaque poussée, le périnée se bombe, se distend, s’allonge de plus en plus. Il suffit de quelques contractions pour qu’il passe de 5 centimètres à 15 centimètres de largeur.

C’est à ce moment que vous aurez l’impression d’éclatement dont nous vous avons parlé plus haut. Les tissus sont distend l’extrême. On dirait qu’ils vont se rompre. Parfois d’ailleurs une petite déchirure se produit dans le périnée. (Dans ce cas, pour éviter qu’elle ne s’agrandisse jusqu’au rectum, le médecin pratique sous anesthésie une petite incision latérale qu’il recoudra plus facilement qu’une déchirure en zig zag. Il fait ce qu’on appelle une épisiotomie. Après l’accouchement, sous anesthésie, le médecin ferme l’incision par quelques points de suture.)

La vulve à son tour se dilate. La tête s’y insinue chaque fois un peu plus avant. A chaque poussée, il est possible d’apercevoir une surface plus grande du crâne. Le médecin sait déjà la couleur des cheveux de votre enfant. Si vous n’êtes pas endormie, il pourra vous la décrire. Puis la tête commence à se redresser, à se déficher, elle est maintenant horizontale. Le menton balaie le périnée. La vulve est maintenant distendue à l’extrême et, soudain, avec une nouvelle contraction, le périnée se rétracte devant la face de l’enfant. Le sommet du crâne apparaît, puis le front, le nez et enfin le menton. La tête entière est sortie face contre le lit où est couchée la maman.

Puis le médecin, pour sortir les épaules de l’enfant, le tourne sur le côté. II est maintenant perpendiculaire au lit. L’épaule antérieure sort d’abord, puis la postérieure.

Les différentes parties du corps de l’enfant passent d’ailleurs facilement par le chemin qu’a suivi la tête, car leurs diamètres sont plus petits et elles sont composées de tissus mous, donc réductibles. Le tronc paraît, puis les jambes. L’enfant est né.

Accouchement-7-conseils-pour-bien-recuperer_exact794x540

bebe-cordon-ombilical

Les mamans de Babymag

Les derniers articles publiés sur Babymag